Max Cilla
©
Flûtiste, compositeur, interpréte

Max Cilla, dit, le père de la flûte des Mornes (régions montagneuses aux Antilles, les hauteurs du pays).

Dès l’âge de 15 ans il commence ses premiers essais de fabrication de flûte en bambou, qu'il utilisera plus tard comme moyen d'expression de sa spiritualité, mais également comme déclencheur de conscience.

C’est aussi la campagne profonde, les grands bois qui inspirent des rêves mystiques et animent l’imagination des conteurs et des poètes.

Max Cilla, transmet à Eugène Mona, qui le qualifie de maître, une connaissance approfondie de la flûte durant 2 ans environ.

Il compose une partie de la musique du film Rue Cases Négres, d'Euzhan Palcy.

Ma musique est traditionnelle progressive. Traditionnelle, car son essence même est puisée du bel air, de son souffle et de ses pulsions rythmiques...

Formation musicale

Il étudie la pratique et la restauration de la flûte traversière en bois d'ébène à clés des 18 e et 19 e siècles, tout en poursuivant les recherches de normalisation de la flûte traditionnelle en bambou.

En 1986, Max Cilla suit une formation intensive en ethnomusicologie à l’Université Vincent d’Indy de MONTREAL, sous la direction du professeur Monique Desroches.

Le flûtiste des mornes, Max Cilla a reçu lundi 18 Avril 2016, les insignes de Chevalier National de l’Ordre du Mérite des mains de la ministre des outre-mer.

Sources : http://max-cilla.com/

Autres musiciens martiniquais